Les dessous de la Parisienne

Les dessous de la Parisienne

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, la Parisienne de Photographie vous dévoile les dessous de ses activités.
La Parisienne conserve les collections Roger-Viollet, 6 millions de photographies de l'invention du medium à nos jours, léguées à la ville de Paris en 1984. Conserver, c'est trier, inventorier, nettoyer, reconditionner les négatifs ou les épreuves photographiques ; c'est également les numériser pour préserver ce trésor à l'usage des générations futures.
Outre les fonds Roger-Viollet, la Parisienne numérise également les collections de tous les musées et bibliothèques patrimoniales de la ville de Paris, en tout près de 20 institutions, des Catacombes à la Bibliothèque Historique, du musée Carnavalet au Palais Galliera. Scanner ou photographier les œuvres, documents et objets d'art, documenter les images, les mettre à disposition des utilisateurs, ces opérations ont permis de rendre accessibles plus de 400.000 reproductions depuis 2005, date de création de la structure.
L'autre métier de la Parisienne, c'est enfin la valorisation, en ligne comme en ville, des collections : prêts d'œuvres, expositions de tirages modernes, projections, et bien sûr, présentation sur Paris.fr, sur Europeana ou sur Paris en Images : toutes les occasions sont bonnes pour partager les photographies. Sans oublier le travail de l'agence Roger-Viollet, agence de presse filiale de la Parisienne, qui diffuse les collections auprès des professionnels des medias et de l'édition, mais ceci est une autre histoire (d'images) !

 Photographie(s)

Art et techniques

Les histoires dans l'histoire
Conservation

63 Photographie(s)

Valorisation culturelle

70 Photographie(s)

640px 400px